L’hypothyroïdie, une maladie sous estimée et sous diagnostiquée

L’hypothyroïdie, une maladie sous estimée et sous diagnostiquée
Petit aperçu sur une maladie sous estimée et sous diagnostiquée
 green almond 08
Les symptômes associés à l’hypothyroïdie ?
 
Système cardiovasculaire : cholestérol et triglycérides élevés, hypertension artérielle
Système hormonal : infertilité, cycle menstruel écourté, menstruations abondantes et prolongés
Système métabolique : difficulté à perdre du poids, prise de poids injustifiée, rétention d’eau, baisse d’énergie physique
Système ostéotégumentaire : cheveux et/ou ongles cassants, perte de cheveux, ongles striés, peau sèche, douleurs articulaires ou musculaires
Système psychologique : fatigue mentale, difficulté à se concentrer, baisse de mémoire
Autres : sensation de boule dans la gorge, constipation, sensibilité accrue de froid (mains et pieds froids), température basale basse.
Les causes de l’hypothyroïdie primaires de type Hashimoto (autoimmune)
  • le stress chronique augmente l’activité de la thyroïde qui tombe en sous activée ou qui est attaquée par le système immunitaire. Il faut donc améliorer la réponse du corps pour soulager cette glande.
  • les intolérances alimentaires sont de plus en plus montrées du doigt notamment l’intolérance au gluten (cœliaque ou non). Il est particulièrement ciblé dans le cas d’un Hashimoto. Votre nutrithérapeute peut aider sur ce plan en vous proposant différentes options pour tester le gluten.
  • les métaux lourds sont pointés par les chercheurs notamment avec le mercure contenu dans les amalgames dentaires. Votre nutrithérapeute peut là aussi vous aider avec une analyse de cheveux, le meilleur test pour identifier une intoxication aux métaux lourds.
  • certains agents infectieux comme la mononucléose ou encore la candidose peuvent agir sur le déclenchement d’une hypothyroïdie. Votre nutrithérapeute, spécialisée en santé digestive, peut vous aider à identifier la candidose et vous proposer un traitement efficace.
  • l’acidose a été identifiée par plusieurs études. Conséquence d’un déséquilibre alimentaire, il est aisé de rétablir un équilibre basal par l’alimentation et des choix judicieux. Un plan nutritionnel sera proposé par votre nutrithérapeute.

 

Carences

Il est important de comprendre que les hormones de la thyroïde sont produites à partir de l’alimentation, le contenu de l’assiette. Une carence, de mauvaises habitudes, un manque de variétés sont autant de causes possibles à une carence qui affectera la production des hormones de la thyroïde.

  • l’iode a un impact direct celle-ci. Il est encore possible d’être carencé aujourd’hui malgré l’ajout d’iode au sel commercial si vous ne consommez pas de produits de la mer (fruit de mer, algues…). Une analyse de cheveux réalisée par votre nutrithérapeute peut mettre facile en évidence cette carence.
  • la tyrosine, un acide aminé est le matériel de base des hormones de la thyroïde. Or le stress augmente les besoin en tyrosine pour réduire ses effets sur le corps. Une carence peut notamment causer une dépression chez un sujet sain, d’où son importance.
  • le sélénium, un nutriment classé comme antioxydant de grande importance, est directement relié à Hashimoto. Son rôle protecteur sur la glande thyroïde contre les radicaux libres est majeurs. En situation de carence, les tissus de la glande sont endommagés déclenchant ainsi l’attaque auto-immune. Une supplémentation est recommandée ainsi que privilégier les aliments comme la noix du Brésil.
  • le zinc comme le sélénium à un niveau déficitaire pourrait réduire la quantité de T3 nécessaire au bon fonctionnement de la glande thyroïde. Un test de cheveux permet d’avoir un estimé des déficit en zinc et en sélénium. Des aliments comme les huîtres peuvent être très aidant pour assurer un apport alimentaire suffisant.

L’hypothyroïdie est une maladie complexe, souvent trop diagnostiquée. Toutefois par l’alimentation et une prise en charge naturelle complémentaire à celle de votre médecin traitant peut grandement aidée votre situation.

 

La caroube, un aliment pour la santé de vos intestins

La caroube, un aliment pour la santé de vos intestins

Connaissez-vous la caroube ?

caroube

Cultivé depuis l’antiquité, dans le bassin méditerranéen, le caroubier donne un fruit dont on peut se servir comme additif (épaississant ou gélifiant) et comme substitut (en poudre) au cacao.

Pourquoi remplacer le cacao par la caroube ?

          Contrairement au cacao, la caroube ne contient pas de théobromine, un excitant semblable à caféine que l’on retrouve dans le cacao.

          Elle contient moins de protéines et de matières grasses, mais plus de fibres. Elle est beaucoup moins riche en phosphore, en potassium et en fer, mais elle est deux fois plus riche en calcium.

          Naturellement plus sucrée (40 % de glucose et saccharose) que le cacao, la poudre de caroube permet de diviser par 4 la quantité de sucre (lui raffiné) nécessaire dans nos plats.

          Elle remplace également la farine de blé dans certains laits pour bébé en tant qu’épaississant car elle s’avère très efficace pour les régurgitations du nourrisson. En effet, c’est un aliment très digeste. Les berbères Zayanes du Moyen Atlas au Maroc l’utilisent pour ses vertus anti diarrhéiques ou de constipation. Grâce à sa teneur élevée en fibres elle joue un rôle de régulateur sur le transit intestinal. Elle est administrée sous forme de boisson, comme un chocolat chaud.

A savoir

La caroube est moins soluble et plus poudreuse que le caca. Elle a tendance à rester en suspension. Pour pouvoir mieux la délayer, il est nécessaire de la mélanger à un liquide chaud, eau ou lait. La caroube fond à une température plus basse que le chocolat et se liquéfie plus vite, ce qui peut être gênant pour la préparation de mousses, par exemple.

Il faut mentionner que la caroube a un goût particulier qu’il faut apprivoiser les premières fois. Certains préfèrent ajouter des ingrédients à saveur forte afin de rehausser son goût, soit par de la cannelle ou de la menthe.

Il n’y a pas de gluten dans la caroube !

Comment l’utiliser ?

Dans des recettes comme les gâteaux et les muffins ou encore des pouding maison, elle fera des merveilles. L’industrie l’utilise aussi dans les glaces, yaourts, pâtisseries, boissons et aliments diététiques.

On l’emploie telle quelle ou combinée avec le cacao ou le chocolat. On peut substituer pour chaque part de cacao, 1 1/2 à 2 parts de caroube en poids dans la plupart des recettes.

Elle s’achète en poudre ou en graine.

Attention aux produits industriels

Les produits industriels intégrant la caroube (ex. les barres de caroube) n’ont aucun intérêt. Du gras (principalement saturé issus de la palme) pour donner de la texture, lui font perdre tous ses avantages et intérêt. C’est sans compter les sucres en grande quantité. D’un point de vue calorique, il n’y a absolument aucune différence entre une barre de chocolat et une barre à base de caroube.

Petit résumé des propriétés de la Caroube

• Antidiarrhéïque

 • sans gluten

 • Protection au cours de la gastro-entérite

 • Antitussif

 • Protection des parois intestinales contre des substances irritantes

Indications

 • Irritation intestinale

 • Vomissements de façon générale

 • Vomissements de la grossesse

 • Stéatorrée (présence de grandes quantités de graisses dans les selles)

 • Acidité gastrique

• consommée à raison d’une graine par jour, a la réputation de combattre efficacement les hémorroïdes jusqu’à les faire disparaître définitivement.

Toxicité et effets secondaire

 Aucun

Beurre de fruits : pour sauver les fruits talés et économiser ses  »$ »

Beurre de fruits : pour sauver les fruits talés et économiser ses  »$ »

Ces derniers temps, les journaux font état de la baisse de consommation de fruits et de légumes au Québec. La sécheresse californienne les ayant rendu cher, beaucoup de familles se privent de cet apport essentiel en vitamines et fibres.

Voici donc une recette inspirée de nos grands-mères (ou nos belles-mères) qui savaient ne rien perdre même quand les fruits devenaient talés. Aujourd’hui, ne pas gaspiller est une question écologique. C’est aussi une question d’économie qui à nouveau l’actualité.

bakery

Le beurre de fruits (sans lait) 100 % plaisir de Nourrir sa santé

1ère étape, développer de bonne pratique de gestion de ses fruits : au fil des semaines congeler ses fruits talés que personne ne veut plus manger. Promis au pourrissement, il est préférable de les placer dans un sac à congélation. Vous verrez, il est étonnant de voir que ce n’est pas long de le remplir.

2ème étape, on pèle : quand vous disposez d’une quantité suffisante de fruits (pomme, poire, orange, kiwi, avocat… tout se congèle!), vous pourrez passer à la prochaine étape, celle de peler les fruits congelés. C’est un peu froid, mais étonnamment très facile à faire.

3ème étape, la cuisson : sortez votre amie la mijoteuse électrique, elle est tout indiquée pour cette tâche. La cuisson lente ne vous demande pas de surveillance de tous les instants. La dernière heure, enlever le couvercle permettra de faire évaporer un peu d’eau et rendre plus consistant votre compote.

4ème étape, l’émulsion : pour former un beurre de fruit, vous devez ajouter une matière grasse. Dans notre cas, l’huile de coco est un substitut parfait au beurre. Une demi tasse pour un volume de 12 pommes. Vous devez donc estimer votre quantité d’huile avant la cuisson. Une fois ajouter à votre compote (directement dans votre mijoteuse), c’est la  »mixette » à soupe qui sera l’outil de circonstance. Le beurre est prêt quand le mélange change de couleur; il s’éclaircie.

5ème étape, la facultative pour celles et ceux qui en ont une bonne quantité : la stérilisation. Lavez, sécher et stériliser vos pots Masson. Pour ma part, j’utilise la technique du four, plus facile (C’est aussi celle de ma belle-mère!). Remplissez vos pots chauds avec le beurre chaud. Fermer les pots immédiatement et au four préchauffer à 350 F que descendrez à 200 F pendant une heure. Laissez refroidir dans le four éteint. Par prudence, je place toujours mes pots dans une chambre froide ou mon frigo.

6ème étape, la dégustation : parfait au petit déjeuner sur votre pain sans gluten ! Miam.

 

Vente de pains, collations et desserts à la Kermesse d’Autisme Montréal – 18 juin

Vente de pains, collations et desserts à la Kermesse d’Autisme Montréal – 18 juin

Passez vos commandes de pains, collations et autres petits délices ! Dès maintenant.

affiche kermesse autisme montreal

Nourrir sa santé sera présent à la Kermesse d’Autisme Montréal le 18 juin prochain dès midi avec une étale de pains, desserts, collations sans gluten, sans lait, 100 % plaisir ainsi que ses recettes pratiques, faciles et rapides. La vente aura lieu au 1205, rue Jarry Est, Montréal.

Mes recettes spécialisées s’adressent aux personnes ayant un régime sans gluten sans lait en raison d’une condition médicale (TSA, TDHA, épilepsie, inflammation chronique, intolérance….). Toutefois, elles peuvent être mangées par tout le monde, les curieux, les gourmands, les hésitants à se lancer dans l’alimentation hypotoxique… Une monde de découverte.

Aperçu du choix disponible : fougasse et cake salé, variété de pains (pain SG classique, pain à la farine de coco ou encore pain à la farine d’amande), biscuit moelleux, brownie, clafouti, gâteau de fruit et tarte au caroube, madeleine à l’orange, gâteau banane, macaron (classique ou coco).

Pour obtenir la liste détaillée (variété/taille/prix et formulaire de commande) et passer votre commande, écrivez-moi à nourrirsasante@gmail.com ou 438 492 4987

kermesse autisme montreal

 

Témoignages de parents : changement d’alimentation et autisme

Témoignages de parents : changement d’alimentation et autisme

Revue du congrès Sortir de l’autisme – Paris, janvier 2016

mois autisme
Le congrès Sortir de l’autisme- Paris a réunit toute la communauté scientifique, praticiens et parents autour de l’avancée des traitements autour l’autisme.

  • L’autisme régressif : vaccin, mercure et autres métaux lourds, alimentation… : quand l’environnement et la génétique font exploser les chiffres. Senta Depuydt revient dans cette interview revient sur les 11 premiers cas documentés d’autisme de Léo Kanner en 1940. 10 sur ces 11 cas présentaient des problèmes digestifs majeurs. A regarder pour en savoir plus.

https://youtu.be/nUAeQcDdYnE

  • Pistes pour sortir de l’autisme régressif – Interview du Pr Luc Montagnier

https://youtu.be/WK3L2P33AKI

Voici des témoignages encourageants de parents qui ont changé l’alimentation de leur enfant

  • L’autisme régressif et épilepsie : témoignage de la maman de Léonard (France). Son enfant avait des troubles digestifs ignorés par les médecins, avec des selles anormales. Elle a commencé par un régime sans gluten sans lait alors qu’il mangeait seulement des pâtes. Des progrès dont tous les parents rêvent, sont apparus dans les semaines qui suivirent. Depuis ce n’est plus le même enfant et il n’a plus de traitement pour l’épilepsie.

Le conseil de cette maman : essayer ne comporte pas de risque. Cela ne marche pas pour tous les enfants. Elle confirme ne pas être une étude scientifique mais pour son enfant cela a marché. Tant mieux si cela marche pour d’autres.

https://youtu.be/uTgtfTfYl5Q

  • Autisme, hyperactivité, absence de sommeil, 6 à 8 selles par jour… devant l’absence de solution de la médecine, son enfant ayant toujours plus mal au ventre, la maman s’est tournée vers la l’alimentation.
    Contact visuel, apaisement, meilleur sommeil, langage sont venus au fil des semaines. A 6 ans maintenant, il chante, sa présence est là, des conversations est maintenant possible, il diversifie ses centres d’intérêt…
    Essayer, que les parents puissent essayer, le rêve de cette maman.

https://youtu.be/bG9oxcBGtcg

Pourquoi nourrir son cerveau ? Choisissez vos aliments

Pourquoi nourrir son cerveau ? Choisissez vos aliments

Pourquoi nourrir son cerveau ? Et comment choisir vos aliments ?

groseille 2
Saviez-vous que les neurones (cellules nerveuses de votre cerveau) ont une longévité  »extrême ».. Ils peuvent vivre et fonctionner de manière optimale durant toute la vie d’un individu soit près de 100 ans !

Par contre, les neurones ont perdu la capacité de se diviser (contrairement aux autres cellules du corps) et donc de se reproduire. Cela signifie que s’ils sont détruits (cf un accident cardiovasculaire, un coup à la tête lors d’un sport de contact…), qu’ils sont endommagés (cf une alimentation défaillante, abus de médicaments, de drogues…), qu’ils sont privés de nutriments nécessaires à leur fonctionnement (alimentation pauvre en vitamines et minéraux, acides gras essentiels et protéines, mais riche en graisses saturées et en sucre), ils ne seront pas remplacés.


Exception : l’épithélium olfactif (cellules nerveuses liées aux odeurs) et certaines régions de l’hippocampe qui contiennent des cellules souches jouant un rôle avec l’apprentissage et la mémoire.


Chez l’embryon, c’est 500 000 neurones à la minute qui sont formés les 4 premiers mois de la gestation. Entre zéro et 4 ans, les neurones augmentent de façon considérable.


C’est pourquoi nourrir de manière optimale son cerveau n’est pas une question réservée aux  »grano » et autres fous de l’alimentation mais cela concerne directement tout un chacun au quotidien. Cela explique aussi pourquoi notre alimentation moderne hyper inflammatoire crée de nombreux troubles liés au développement et aux comportements comme l’hyperactivité, le manque de concentration, l’autisme, l’épilepsie, la dépression, les hypersensibilités environnementales… la liste est malheureusement très longue et les enfants sont en première ligne.

Aliments vedettes pour votre cerveau :

La myéline, l’enveloppe composée principalement de lipides servant à protéger les fibres nerveuses, doit disposer de bons gras. Les gras oméga 3 sont une source à privilégier. Ils préviendront un affaiblissement des membranes protectrices des neurones et la déstabilisation de la chimie du cerveau. Les oméga-3 d’origine marine sont beaucoup plus efficaces que ceux d’origine végétale pour la santé du cerveau.

les poissons gras comme le thon, le saumon, la truite, le maquereau et la sardine. À consommer de 2 à 4 fois par semaine.

Les antioxydants jouent plusieurs rôles préventifs en empêchant la formation de radicaux libres (des molécules instables qui affectent nos capacités), ils sont gages d’un cerveau en santé. Les petits fruits sont les champions dans cette catégorie. Bleuets, canneberges, mûres, framboises, fraises sont à mettre au menu régulièrement. Les baies de sureau ou de goji sont elles aussi riches en composantes antioxydantes.

A noter, les légumes de la famille des crucifères comptent parmi les bonnes sources d’antioxydants : chou, brocoli, chou-fleur sont à consommer chaque semaine.

Le fer transporte l’oxygène aux cellules, leur permettant ainsi d’effectuer leur travail correctement. En cas de déficience, faiblesse et fatigue affectent les capacités intellectuelles. Les viandes rouges et les abats sont les meilleures sources de fer aisément assimilable. Toutefois, le soya – tofu ou haricots cuits – est une bonne source végétale de fer. Comme le fer de source végétale est moins assimilable, il est recommandé de prendre au même repas une source de vitamine C (poivron, kiwi, fraises, agrumes, brocoli…).

Bon appétit !

Les antibiotiques, la mort de vos intestins

Les antibiotiques, la mort de vos intestins

Les antibiotiques, la mort de vos intestins! et ceux de vos enfants.

microbiote 2

Votre intestin est rempli d’une vie incroyable qui pèse plus de 2kg. Il s’agit de bactérie ou aussi appelé flore intestinale.

Il est important de savoir que les bébés reçoivent à leur naissance la flore intestinale de leur maman. Ils sont mis en contact avec elle lors de leur passage dans le canal de naissance. Leurs voies digestives, jusque-là stériles, sont ensemencées. Une mère avec une flore déséquilibrées transmettra de fait celle-ci à son enfant. Il est donc essentiel de prendre soin de sa santé intestin avant et pendant la grossesse. Pour les bébés nés par césarienne, ce sont malheureusement les bactéries du milieu hospitalier qui s’installent, ce qui peut expliquer leur plus grande tendance aux allergies.

Or, dès le plus jeune âge, nos enfants sont aujourd’hui massivement exposés à des traitements par antibiotiques qui déciment leur flore intestinale. Antibiotique signifie contre la vie. De même, « en utilisant un désinfectant, le délicat équilibre bactérien s’effondre. Un grand nombre de micro-organismes meurent, laissant la place à d’autres parfois plus virulents », explique Pascale Hanssens des Hôpitaux Robert Schuman (Luxembourg). C’est malheureusement ce que nous faisons trop souvent, et nous ignorons la gravité des conséquences pour nous :

Une étude américaine parue en juin 2012 dans le Journal of allergy and clinical immunology a montré que les personnes de la communauté Amisch, une population des Etats-Unis qui vit dans des fermes traditionnelles sans sanitaires, sans électricité, sans eau courante et sans antibiotiques, développent dix fois moins d’asthme et de maladies allergiques… et d’autisme.

Plus de 200 maladies liées à des problèmes de flore intestinale ! C’est ce que révèle une synthèse d’études scientifiques*. Voici un aperçu de cette terrible liste :

•Des maladies digestives chroniques comme la constipation, la maladie cœliaque, la perméabilité intestinale, le syndrome du côlon irritable, la maladie de Crohn…

•Des maladies inflammatoires (y compris les allergies)

•Des maladies liées au métabolisme comme le diabète, l’hypertension, l’obésité

•Des maladies de la peau comme l’acné, l’eczéma, les dermatites, l’herpès, le psoriasis

•Des maladies infectieuses comme les diarrhées, rhume, grippe, gastro, infections au Clostridium difficile ou à H. pylori

•Des cancers, en particulier celui du côlon

*http://www.greenmedinfo.com/substance/probiotics

Cela met en perspective l’importance, surtout pendant les traitements aux antibiotiques et autres désinfectants, de veiller à fournir à notre corps de bonnes bactéries, et de tout faire pour en favoriser la réensemencement dans nos intestins.

La nutrithérapie travaille en premier lieu sur la santé digestive et l’équilibre de votre flore pour améliorer votre santé générale.

Substituer un aliment, astuces faciles

Substituer un aliment, astuces faciles

SGSL 100% plaisir

Comment substituer un aliment quand on a une allergie ou une intolérance alimentaire ?

Voici quelques astuces faciles à faire soi-même qui n’enlèvent rien au plaisir de manger !

LAIT
•Boisson de soja enrichie
•Boisson de lait de riz enrichie
•Lait d’amandes enrichie
•Lait de coco enrichie
•Jus de fruits (avec modération cela reste du sucre…)

BEURRE
•Margarine sans produits laitiers
•Huile d’olive
•Huile de canola
•Huile de coco fondue
et le gras de canard (cela fait d’excellent oeuf au plat ou pomme de terre sautée par exemple)

ŒUFS

Gelée de graines de lin
Ingrédients : 3 T. d’eau, 5 c. à table de graines de lin
Bouillir 20 minutes, filtrer, congeler dans un bac à glaçon pour usage ultérieur. 1 glaçon = 1 œuf

Purée de légumes ou de fruits non sucrée
Purée de pommes, poires, bananes, patates douces, courges, citrouille. 1/4 T. = 1 œuf

Yogourt nature de lait de vache, de soja ou de lait de coco, crème sure ou tofu mou
1/4 T. = 1 oeuf

Graines de chia
1 c. soupe de graines de chia + 3 c. à soupe d’eau
Laisser reposer quelques minutes afin de faire gonfler le mélange

Vinaigre
Ajouter 2 c. soupe de vinaigre de cidre de pommes à votre lait ou à votre bicarbonate de soude et laisser reposer quelques minutes

YOGOURT
•Tofu mou
•Crème sure
•Yogourt de lait de coco
•Yogourt de lait de soja

ARACHIDES
Pour les tartinades ou les sauces :
•Beurre de sésame
•Beurre de pois
•Beurre de tournesol
•Beurre de soja
•Beurre de noix

Pour le côté croquant
•Graines de citrouille rôties
•Haricots de soja grillés
•Pois chiches assaisonnés et cuits au four

MOUTARDE
•Raifort
•Un mélange de gingembre, curcuma et lime

A vous de jouer !

https://blogue.iga.net/les-aliments-de-substitution-un-jeu…/