Approches alternatives pour la douleur chronique

Le Slogan pour être  »Maladies complexes pour une prise en charge globale : la clé du succès ». C’est en quelque sorte la conclusion d’une revue des approches alternatives réalisée par Mayo Clinic Proceedings et prise en référence par les National Institutes of Health (NIH) à propos de la douleur chronique comme la fibromyalgie.

Cette revue de la littérature* scientifique révèle que la prise en charge des conditions douloureuses dont les maux de dos, la douleur au cou, l’arthrite, la migraine et la fibromyalgie par des approches alternatives telles que le yoga, le tai-chi, le massage et certaines techniques de relaxation contribue de manière significative à gérer la douleur. 

Également les effets d’une nutrithérapie ciblée (ex. des suppléments de chondroïtine, glucosamine, méthylsulfonylméthane, S-adénosyl-L-méthionine (SAMe) et acides gras oméga-3) ont aussi été validées.

Leur conclusion : l’efficacité a été considérée comme positive. Plus précisément, l’approche permet une réduction statistiquement significative de la douleur, du handicap lié à la douleur, et / ou d’une autre fonction.

Pourquoi cette conclusion quand la médecine allopathique est en échec ?

Si, en effet, la médecine moderne a permis de diminuer le taux de mortalité, combattre de grandes épidémie et apporter des solutions efficaces à des maladies courantes (grippe…), elle s’avère pourtant démunie face à des maladies tout aussi modernes liées à l’inflammation.

Rappelons que l’inflammation est une réaction naturelle de défense immunitaire du corps à une agression. Ce peut être une infection, une brûlure, une allergie… En devant chronique, elle constitue une réponse à l’environnement et aux comportements modernes inadaptés aux besoins et fonctionnement du corps.

Citons par exemple la sédentarité, la malbouffe, la pollution, un microbiote humain déséquilibré et la porosité intestinale.  L’inflammation est en quelque sorte la pointe l’iceberg, la manifestation externe de maladies de civilisation, comme la résistance à l’insuline, l’obésité, les maladies cardiovasculaires, les maladies immunitaires, et même les troubles de l’humeur et du comportement (autisme, hyperactivité…). Si elle peut s’exprimer par une rougeur, un œdème, la douleur est aussi une composante courante.

En santé naturelle comme la naturopathie, nutrithérapie ou encore les techniques manipulatoires (ostéopathie…), l’objectif n’est pas faire taire la douleur, ni d’inhiber l’inflammation. Il s’agit de comprendre et intervenir sur la source même de cette inflammation afin de permettre au corps de se soigner lui-même et s’auto-réguler : développer à nouveau un équilibre sain pour bien fonctionner.

Devez l’acteur de votre bien-être, nourrissez votre santé.

 

* Revue des essais contrôlés randomisés publiés de 1966 à mars 2016 menés aux États-Unis et publiés dans la base de données Medline et validation des preuves sur l’efficacité et la sécurité.