Vous avez changé votre alimentation et avez mal partout. Pourquoi, quoi faire ?

Vous avez changé votre alimentation et vous avez mal partout. Vous êtes dérouté, vous ne comprenez pas. C’est normal. Saviez-vous il s’agit là d’une assez bonne nouvelle. Découvrez pourquoi et quoi faire ?

Ce que vous faites s’appelle une crise de nettoyage ou élimination ou curative… ou encore de guérison. Votre corps profite de l’occasion, que vous lui donnez en ayant mis en place une alimentaire saine, pour faire un grand ménage.

Cette crise n’est pas systématique. Mais plus votre corps est encrassé, plus que vos changements auront été radicaux, plus votre crise sera forte. Sauf si votre énergie vitale (le chi comme dirait les chinois en MTC) est trop réduite ou grandement affectée. C’est pourquoi je recommande d’y aller toujours en douceur quand on change d’alimentation.

Toutefois, cette crise potentielle est variable d’un individu à l’autre, que ce soit dans son intensité que dans ses manifestations. Les émonctoires (ceux par quoi le corps fait son nettoyage), on parle ici des reins, intestins, poumons, de la peau, ont une capacité limitée à sortir toutes vos poubelles en même temps. Mais si vous ouvrez grand la porte, ils sont tendance à se précipiter à faire le grand ménage! En bref, la crise est une autoroute avec une congestion monstre la veille de vacances d’été ! Le corps remet en circulation trop de toxines qui n’arrivent pas à être évacuées. Aie !

Vous avez compris qu’éliminer revient à extraire et épurer toutes les toxines accumulées sur une ou plusieurs zones comme les articulations ou au travers d’une maladie. Mais pourquoi cela fait mal ? Sortir toutes les poubelles en même temps demande beaucoup d’énergie. Même si votre alimentation vous apporte une vitalité nouvelle, le corps a ses limites à supporter un tel travail.

Le risque : ces toxines iront se stocker et/ou faire du dégât ailleurs. Si votre faiblesse se situe dans les articulations, cette zone de stockage et de déstockage va être soumise à un travail intense et donc de tension. Vous verrez apparaître des douleurs, des troubles divers qu’on croyait disparus ou traités.

D’un point de vue général, avoir mal est une bonne nouvelle : il est un signe que le nettoyage se fait. Il est aussi un avertissement que vous faisiez une forme d’encrassage et que votre alimentation comme votre mode de vie n’étaient pas adaptés à vos besoins. Enfin, il est un signe que vous y êtes allé un peu fort.

Toutefois, il est difficile pour la personne d’être rationnelle face à sa douleur. Avoir mal n’est pas l’objectif que vous visez avec une démarche de changement. C’est pourquoi je préfère que les diètes d’élimination soient progressives. De la même manière, le jeune complet et sur le long terme sont une technique trop drastique et violente pour le corps. Des jeunes courts mais réguliers avec l’encadrement d’un thérapeute ou d’un professionnel de la santé sont de meilleures alternatives si cette technique vous intéresse. La méthode progressive évite de soumettre le corps à une tension indue, à la souffrance et comporte aussi moins de risque. Dans le cas extrême, une personne peut faire une crise cardiaque ou une crise glycémique dans le cas d’un diabète.

Quelles sont les réactions les plus fréquentes d’une crise d’élimination ?

– Troubles du transit : constipation, diarrhée

– Troubles digestifs intenses : ballonnements, gaz odorants, spasmes abdominaux, reflux gastriques

– Mauvaise haleine et goût métallique dans la bouche

– Coup de fatigue, insomnie, irritabilité

– Migraine

– Douleurs dorsales, cervicales, articulaires, musculaires

– Eruptions cutanées

– Angine, otite, rhino-pharyngite, bronchite, conjonctivite, grippe

– urines brûlantes, urines plus fréquentes

– Écoulements vaginaux, règles abondantes ou perturbées

et la fatigue intense.

Vous pouvez voir aussi une veille maladie ou douleur qui vous est spécifique, resurgir.

Ces réactions peuvent apparaître rapidement après le début des changements et durer quelques jours comme plusieurs semaines, voir mois !

Si vous allez trop vite dans votre démarche de détox, de changement alimentaire et de mode de vie, je vous recommande les solutions suivantes :

  • se reposer plus que d’habitude, boire beaucoup (eau, tisanes …), prenez des bains, faites vous masser… bref vous faire du bien.
  • ralentir votre démarche de détoxination
  • activer d’autres émonctoires principaux ou secondaires
  • prendre une aide de gestion de douleur naturelle en gemmo (bourgeons) ou phytothérapie

Cette démarche d’accompagnement doit se faire idéalement avec un thérapeute. Ce sera l’occasion de faire un bilan naturopathique et d’identifier ce qui vous convient le mieux selon votre profil. Un plan de match sera établi avec un suivi.

Parfois, cela nécessite aussi un accompagnement complémentaire en psychologie, sophrologie, hypnose etc selon votre profil et besoin. En bref, entamer une telle démarche demande une prise en charge globale et multidisciplinaire. Ne rester pas seul. Ne jouer pas au tortionnaire avec votre corps.

Autres lectures ICI