Faire un bouillon, un essentiel pour votre santé

Voici quatre recettes de bouillon : aux légumes, à la viande, à l’os et au poisson. Le bouillon est un aliment essentiel à la santé; il est incroyablement bon au goût; et il est un ingrédient de base pour de nombreux plats. 

Personnellement, j’en ai toujours au congélateur en contenant d’un demi ou un litre. Apprendre à le faire vous permettra de faire de cet aliment un allié précieux sur le plan nutritif. Simple et économique, ce n’est pas un remède de grand-mère pour rien ! Exit les horreurs du supermarché, cubes, poudre ou tétra brique, bourrées de sel, d’exhausteur de goût et autres nom douteux.

 

Du rhume à la gastro, voici quelques un de ces bienfaits :

– riche en minéraux et oligo-éléments : 

*calcium et en magnésium (provenant des os), phosphore, du silicium, du souffre et du potassium.

* Les minéraux des légumes sont alcalinisant et rétablissent l’équilibre acido-basique de l’organisme.

C’est donc excellent pour la santé osseuse. Femme, enfant en croissance, n’oubliez pas. C’est mieux qu’un supplément.

– riche en glucosamine et chondroitine :

Grâce aux cartilages, le bouillon est riche en glucosamine et chondroïtine. Parfait pour ceux qui ont mal aux articulations.

– riche en gélatine : 

A nouveau grâce aux cartilages et aux tissus conjonctifs, le bouillon riche gélatine devient un remède à de nombreux maux notamment digestif (digestion des céréales, viandes ou laitages et assimilation des graisses). C’est donc parfait pour les intestins irrités, enflammés ou poreux.

Il renforce le système immunitaire. Comme elle est une protéine complète (elle contient surtout de la glycine, de la proline et de l’arginine), elle évite de puiser dans ses structure musculaires lorsque la personne se retrouve en déficit calorique. Enfant malade et personne âgée, c’est pour vous ! Anti-inflammatoire, stimulant pour cicatrisation et la croissance des tissus, c’est bon pour les opérés et brûlés.

 

Et, puis c’est…

vachement (pour les français) bon en maudit (pour les québécois) !!!!!

Bouillon de légumes

Dans une grande casserole, faire suer dans l’huile (faire revenir doucement et sans coloration) les oignons, les carottes, le céleri, les poireaux  (option fenouil ou tout autre reste de légumes) de 15 à 20 minutes en remuant de temps en temps.

Ajouter un bouquet garni (persil, feuille de laurier, thym…) et tout autre épices de votre choix (clou de girofle…).  Couvrir d’eau. Du sel à votre goût.

Mijoter à couvert pendant environ 45 minutes. Enlever l’écume si nécessaire. Laisser tiédir environ 30 minutes. Filtrer le bouillon dans une passoire en pressant les légumes pour en extraire le maximum de jus.

Notez si vos légumes sont bio, vous pouvez utiliser vos épluchures et vos fanes !!!! Pas de perte.

Bouillon de viande version poulet ou canard

J’achète un poulet entier ou des morceaux (des quarts…). Je prends aussi des légumes comme dans la recettes de bouillon de légumes.

A nouveau je fais suer mes légumes quelques minutes. J’ajoute ensuite mon poulet (certains vont le faire dorer, moi je n’ai pas le temps. J’ai des enfants). Puis j’ajouter bouquet garni et épices selon mes envies.

Enfin, élément essentiel : ajouter un acide comme un jus de citron, un demi verre de vin blanc, ou 1/3 de verre de vinaigre de cidre. Cela aide au transfert des minéraux des os dans l’eau de cuisson.

Puis couvrer d’eau jusqu’à 4 à 5 cm du bord du plat. Parfois je fais dans une grosse casserole à soupe, parfois dans une mijoteuse. La deuxième option me permet de faire ce que je veux pendant la cuisson.

Du sel à votre goût.

Porter à ébullition. Enlever l’écume et les impuretés si nécessaire pour éviter de nuire au goût (amertume).

Laisser cuire 2h. Mais parfois je fais une version longue 6 h pour aller chercher un maximum de glucosamine, chondroitine et gélatine. Cette version est particulièrement recommandé pour les malades et personnes faibles dénutries.

Flitrer dans une passoire. Mais, attention, je ne dégraisse pas. Cette mode du dégraissage des années 60 sous prétexte de régime amaigrissant, prive votre cerveau d’un aliment essentiel pour son fonctionnement optimal : le gras. Celui-ci extrait d’un bouillon, donc d’une cuisson lente, même saturé, est bénéfique pour votre santé cardiovasculaire et célébrale (prévention de la démence etc). En plus, si vous enlevez le gras, vous enlevez le goût !!!

Vous pouvez récupérer la viande mais comme elle aura tout donné à votre bouillon, elle sera fade. Vous pouvez l’ajouter à un pâté à la viande ou un plat.

Bouillon d’os

Vous pouvez mélanger différents os et ajouter des os à moelle de la viande votre choix ou d ‘un mélange.

C’est la même technique précédemment : légumes sués, os, bouquet garni et élément acide, eau, ébullition, écumer…

Mijoter à feu doux entre 12 et 48 heures selon la grosseur des os pour que les nutriments et minéraux des os puissent migrer dans le bouillon. A la fin de la cuisson, les os se décomposent, car ils ont perdu les minéraux des os, des cartilages et des tendons.

Refroidir, Filtrer, Stocker.

Fumet, le bouillon de poisson

Prenez les poisson les plus gras possible. Éviter les poisson blanc, le bouillon n’aura pas de goût.

Et c’est le même principes. 25 à 1h30 de cuisson (mijoter à couvert) et c’est prêt.

Une vidéo pour vous aider :

 

Devez l’acteur de votre santé, buvez du bouillon !